Portrait d’entrepreneuse #4 – Atelier de reliure

Pour ce 4ème portrait, je vous présente Isa Aucouturier qui pratique un métier assez méconnu : celui de relieur. Elle m’a reçue dans son tout nouvel atelier, à Besançon, pour me faire découvrir son univers. Si vous aussi vous aimez les livres, l’odeur du papier et les objets qui ont une histoire, cet article devrait vous plaire !

Contrairement à moi, Isa connaît le métier de relieur depuis toute petite : elle a grandi au milieu des livres et a toujours voulu évoluer professionnellement dans ce domaine. Mais la vie vous fait parfois prendre des détours… « Je suis plutôt manuelle, je n’étais pas très heureuse à l’école, je voulais m’orienter dans une carrière où j’utiliserais mes mains. Mais mes parents n’étaient pas trop d’accord. Alors, j’ai passé le bac puis j’ai suivi le mouvement jusqu’à obtenir un diplôme universitaire » raconte-t-elle. Après quelques années de travail, elle s’est rapidement rendue compte qu’elle n’était pas à sa place et qu’elle avait envie de faire autre chose. Elle a donc quitté son emploi et réfléchi à ce qu’elle voulait vraiment faire. « Ça m’a pris du temps de me souvenir de mes envies d’enfance mais c’était important pour moi de mettre le doigt sur ce qui me tenait vraiment à cœur. Et quand j’ai enfin trouvé, il était évident que j’allais devoir tout apprendre. Mais j’ai eu la chance d’être soutenu par la personne avec qui je vis et qui m’a dit « Fonce ! ».

Un métier d’art

C’est ainsi qu’en 2005, après avoir trouvé un artisan (devenu par la suite Meilleur Ouvrier de France, MOF) qui pouvait la former, elle se lance, en candidate libre, dans un CAP arts de la reliure dorure, qu’elle obtient en juin 2006. Elle passe une année à plein temps dans son atelier afin d’acquérir toutes les ficelles de ce métier qui est exigeant et demande beaucoup de pratique pour être maîtrisé. Il faut ensuite compter une dizaine d’années d’exercice pour être à peu près à l’aise sur tout, détenir tous les savoir-faire et avoir rencontré bon nombre de cas de figures possibles.

Une fois son diplôme en poche, Isa monte son atelier de reliure en Auvergne. Quelques mois plus tard, sa famille a l’opportunité de partir vivre au Japon. Notre artisane fait donc ses valises et voit là une occasion de compléter sa formation : « pendant 2 ans j’ai été initiée à la reliure japonaise par ce qu’on appelle là-bas « un trésor vivant », l’équivalent d’un MOF en France. Lui-même avait appris le métier auprès d’un artisan japonais formé par un MOF français. Nous avons donc aussi revu les techniques françaises ». Parallèlement, elle donne des cours et continue de travailler pour ses clients. Grâce au bouche à oreille et à la qualité de son travail, elle acquiert une clientèle internationale.

Préserver et transmettre les écrits

En 2011, c’est l’heure du retour dans l’hexagone pour la famille. En août de cette même année, l’atelier de reliure d’Isa devient bisontin. Mais d’ailleurs combien sont-ils à exercer ce métier dans cette ville ? « Nous sommes 4… et exclusivement des femmes ! Nous nous connaissons toutes et travaillons en bonne intelligence : nous n’avons pas les mêmes façons de faire, les mêmes sensibilités et des domaines de prédilection différents. Nous sommes complémentaires ».

Maintenant que j’en savais un peu plus sur son parcours, j’avais besoin de comprendre en quoi consiste concrètement le métier de relieur : « Je travaille sur la préservation de l’écrit, c’est ce qui m’anime. Les gens viennent me voir avec un document et veulent le transformer pour le conserver ou le rendre plus joli » m’a alors expliqué Isa. Ce peut être un livre, un album photo, un journal intime, un recueil de textes, d’aquarelles ou de croquis, un livre d’or ou encore une thèse dont on veut avoir un bel exemplaire, pour soi ou pour offrir. « L’idée est de faire en sorte que le livre ait une structure solide et pérenne pour qu’il dure dans le temps. Je travaille beaucoup avec les particuliers car on a tous un livre ou un document auquel on tient, qu’on veut garder ou transmettre. Dans mon travail, il y a toujours une histoire de transmission : on veut remettre en état pour conserver ou pour donner à quelqu’un ».

Les collectivités font également appel à elle pour leurs registres d’état civil, délibérations ou tout autre document officiel, qui nécessitent d’être préservés : ils doivent être complets et traverser les années voire les siècles, il leur faut donc une reliure solide !

Pour faire ce métier, certaines qualités sont indispensables : « Le travail se fait lentement, il faut donc être patient car chaque étape prend du temps. C’est une notion que le client doit aussi avoir à l’esprit : s’il veut faire réparer ou opérer une mise en valeur d’un document pour une occasion spéciale, un anniversaire, un mariage par exemple, il faut anticiper car ça ne se fait pas d‘un claquement de doigts. Pour faire remettre un livre en état pour Noël, il est utile de me contacter en mai ou juin pour être sûr d’être dans les temps » prévient-elle. A bon entendeur donc !

Pour ce qui est du coût de ses interventions, cela est propre à chaque projet. Il faut qu’Isa voie le livre ou le document pour pouvoir dire ce qu’elle est en capacité de faire et proposer un devis adéquat. Mais afin que chacun y trouve son compte, ses offres de prix contiennent toujours plusieurs options que les gens sont libres de prendre ou non, certaines pouvant parfois être réalisées plus tard si le client souhaite étaler ses dépenses.

Des créations uniques

Autre raison de faire appel à notre relieur : obtenir un carnet sur-mesure ! En effet, on ne trouve pas forcément ce que l’on aimerait dans le commerce où les formats sont standardisés. Mais Isa n’étant pas soumise à l’industrie, elle peut faire ce qu’elle veut : dimension, nombre de pages, type de papier, couleur du papier, couverture… tout est personnalisable ! Il est possible de s’adresser à elle pour une commande spécifique : « Les gens viennent me voir et choisissent un papier ou alors, s’ils n’ont pas d’idée précise, ils me disent ce qu’ils veulent et me font confiance. Certains me laissent même carte blanche et me demandent de leur faire une surprise ! Je m’adapte à tout ! J’aime beaucoup choisir les papiers : c’est une rencontre avec les livres, avec les gens » confie-t-elle. Et pour ceux qui recherchent tout simplement un exemplaire qui ne ressemble à aucun autre, vous trouverez dans sa boutique des livres déjà prêts, bien souvent confectionnés avec ses chutes de papier et de carton.

Car derrière le travail d’Isa, il y a une vraie démarche de récup‘ : elle ne jette rien et revalorise tout ce qu’elle peut. Elle fait d’ailleurs partie du Label des Répar’Acteurs. Et elle effectue principalement ses achats en local, à la papeterie de Boussières notamment.

Initiez-vous à la reliure !

Cet article vous a donné envie de vous essayer à cette discipline ? Laissez-vous tenter par un cours de reliure ! Isa propose plusieurs formules :

  • pour les adultes :  découverte de la reliure, cours de reliure française, initiation à la reliure japonaise, reliure fantaisie, reliure nomade… Il est également tout à fait possible de venir avec un projet déjà défini.
    Les sessions de cours sont ouvertes tous les jeudis de 18h à 21h et tous les vendredis de 9h à 12h. Que ce soit toutes les semaines, une fois par mois, deux fois par mois, une fois de temps en temps ou qu’une seule fois juste pour voir : encore une fois, tout est à la carte, en fonction de vos souhaits d’apprentissage ! Il n’y a pas de prérequis si ce n’est d’être âgé de 16 ans minimum. Le matériel est fourni.
  • pour les enfants à partir des 10 ans : des mini stages de découverte de la reliure, d’une durée de 2h30, peuvent être organisés pendant les vacances scolaires. Le principe est de venir en « duo » c’est-à-dire un adulte (parent, grand-parent, oncle, tante, marraine…) et un enfant : l’idée est de passer du temps ensemble, autour d’une activité manuelle, et de repartir avec son tout premier livre fabriqué !

Si vous disposez d’un espace et d’une table suffisamment grands, ainsi que d’une bonne lumière, Isa peut se déplacer chez vous ! N’hésitez pas à la contacter !

Vous êtes à court d’idées pour les fêtes de fin d’année ou vous voulez sortir des sentiers battus et briller par l’originalité de vos cadeaux ? Offrez un cours de reliure ou un carnet unique en son genre ! Rendez-vous sur la boutique en ligne pour en savoir plus et découvrir tous les produits en vente.

Venez rencontrer Isa 

Vous pouvez d’ores et déjà noter ces 2 dates dans votre agenda :

  • une lecture de contes pour adultes, issue du dernier livre de Francine Dortel, Contes pour du beurre (Oser, 2023) se déroulera à l’atelier de reliure, 20 bis rue de Dole à Besançon le 2 décembre à 16h30. Un temps de partage et d’échanges aura lieu après la lecture avec vente du livre et dédicace. Quelques créations de l’atelier seront également en vente pour des idées de cadeaux originaux. Sur inscription, par mail ou téléphone.
  • Pesmes Arts, exposition d’aquarellistes et autour du papier, organisée dans le village de Pesmes en Haute-Saône (70), du 17 au 25 août 2024 : Isa y vendra ses créations (carnets d’écriture, d’aquarelles, de dessin, album photo… ) et proposera des ateliers de reliure japonaise, cuir, fantaisie… L’occasion de faire connaissance avec elle, de découvrir son travail, de rencontrer des artistes… tout en profitant d’une belle balade en famille !

Contact

Atelier de Reliure Isa Aucouturier : iaucout@yahoo.com – 06 77 90 53 56
Site web InstagramFacebook Linkedin

Vous avez aimé ce portrait ? Découvrez les autres !
Pour les besoins de votre entreprise, vos plaquettes de présentation, votre site web… vous souhaitez réaliser une présentation de vous et/ou de vos collaborateurs ? Contactez-moi !
Je rédige aussi tout type de contenu print et web : rapport annuel, actualité, interview, blog, billet d’humeur…