Portrait d’entrepreneuse #5 – Savoir Ranger et Bien-Être

Publié le 08 janvier 2024

Ceux qui me connaissent savent que je suis quelqu’un de plutôt ordonnée et que j’aime bien quand les choses sont rangées. Et pour ceux qui ne me connaissent pas encore…maintenant vous savez ! Cependant, ne m’imaginez pas en intransigeante et rigide Bree Van De Kamp mais plutôt en Monica Geller qui assume pleinement cette … « particularité ».  Ai-je moi aussi un placard secret comme le personnage de Friends ? Je ne vais pas tout vous dire non plus ! Car je ne suis pas là pour parler de moi mais de Stéphanie Rabourdin, home et office organizer. Entendez par là coach en rangement. Elle a créé Savoir Ranger et Bien-Être en 2019 et a gentiment accepté de me rencontrer pour m’expliquer son métier. Un moment pendant lequel nous avons pu échanger ensemble sur les bienfaits de vivre et de travailler dans un espace désencombré et organisé.

Pétillance Communication (PC) : Bonjour Stéphanie ! Peux-tu te présenter et nous parler de ton parcours ? 

Stéphanie Rabourdin (SR) : Bonjour Delphine ! Je m’appelle Stéphanie Rabourdin, je suis diplômée d’école de commerce et j’ai travaillé pendant 25 ans pour des enseignes de prêt à porter. J’étais responsable de boutique et formatrice en organisation et en gestion du temps. Je montais en compétences les cadres pour qu’ils puissent vivre leurs journées le plus efficacement et sereinement possible. J’étais la référente sur la région Rhône-Alpes. Au bout de 25 ans, je me suis remise en question : j’avais envie de continuer à transmettre mes compétences mais dans un cadre différent.

PC : Ce qui t’a amené à développer ton activité de coaching en rangement et en organisation…

SR : Tout à fait ! C’était en 2018 et à ce moment-là on parlait beaucoup de Marie Kondo, la papesse du rangement. J’ai alors découvert le métier de home office organizer et j’ai décidé de poursuivre ma carrière à mon compte. C’est ainsi qu’est né en janvier 2019 Savoir Ranger et Bien-Être en Franche-Comté. Je fais bénéficier mes clients de mon expérience professionnelle et des nombreuses formations de management et de coaching que j’ai eu la chance de suivre lorsque j’étais salariée. Je me suis également auto-formée, en suivant entre autres une pro de l’organisation belge, Elodie Wery. C’est une avant-gardiste dans le domaine, comme les belges en général d’ailleurs. Les anglais et les canadiens sont également très en avance dans ce secteur d’activité.  

PC : Pourquoi « Savoir ranger et Bien-Être » ? 

SR : Parce que savoir ranger est une compétence qui n’est pas donnée à tout le monde. Cela est très complexe pour beaucoup. C’est pourquoi j’apprends aux gens à trier, à se débarrasser de ce dont ils n’ont pas besoin, à réorganiser leurs espaces et à lever les blocages qui les empêchent de passer à l’acte. Une fois ces connaissances transmises et comprises, ils peuvent alors les appliquer en autonomie et ainsi se sentir à nouveau bien chez eux ou sur leur lieu de travail. D’où la notion de « bien-être ».
Mon métier c’est tout d’abord d’aider les personnes à prendre des décisions sur ce qu’ils doivent garder en fonction de qui ils sont aujourd’hui et de leur vie actuelle. Ce n’est en aucun cas moi qui décide, je suis là pour les accompagner, sans jugement et avec bienveillance.
L’étape suivante est de donner une place à chaque chose : cela permet de gagner du temps en étant plus efficace au quotidien, de retrouver de l’espace et de la sérénité chez soi et en soi.  

PC : Quelles prestations proposes-tu ? 

SR : J’interviens aussi bien dans la sphère privée qu’en entreprise.
Pour les particuliers, j’ai créé plusieurs offres : 

  • des séances de tri, désencombrement et rangement d’une durée de 4h minimum. Au préalable, j’ai un échange téléphonique de 30 min minimum avec le client qui me permet de comprendre pourquoi l’accumulation et le désordre se sont installés et quelles sont les difficultés rencontrées. Nous déterminons la catégorie qui pose le plus de problèmes. Ensuite je me déplace à domicile et je réalise avec mon client chaque étape du rangement : le tri, le désencombrement et la réorganisation de ses affaires. Nous commençons par ce qui pèse le plus au quotidien pour qu’à la fin il se sente apaisé, soulagé d’un poids et qu’il retrouve une harmonie chez lui et en lui. Pour arriver à cela, j’interviens généralement entre 3 et 5 fois. 
  • des visites diagnostics conseils : celles-ci durent 2h et consistent à faire un état des lieux de l’habitation, de comprendre l’origine de la problématique et d’apporter des solutions personnalisées de rangement. Le client agit ensuite à son rythme, en autonomie, en appliquant mes solutions.  
  • des consultations en visioconférence d’une durée de 45min : il s’agit là d’un échange constructif avec la personne qui m’explique ses freins. Je l’aide à avancer intérieurement, à comprendre pourquoi elle n’arrive pas à se séparer des objets. Cela s’apparente davantage à du développement personnel. Car tant qu’on n’a pas levé ses points de blocage, il n’y a pas de passage à l’action efficace. Une fois cette étape réalisée et à partir de photos ou vidéos, je lui propose des solutions personnalisées.

PC : Et pour les professionnels ?

SR : Je fonctionne à la journée. J’aide le chef d’entreprise ou le salarié à transformer son espace de travail en un lieu organisé, aéré et serein. Je gère l’encombrement matériel, les piles de papiers… et dispense de nouvelles habitudes à mettre en place en termes de gestion de temps. Cela nécessite souvent 3 jours de travail. Je peux m’occuper de bureaux, réserves, entrepôts, salles de pause mais aussi de véhicules utilitaires, pour les artisans par exemple.
Une fois le résultat atteint, je présente à tous les salariés les bienfaits de travailler dans un univers rangé et explique ce qui a été fait, comment et pourquoi nous avons réorganisé les choses.

PC : Et comment réagissent les équipes ? Car ça ne doit pas être toujours bien accepté d’être repris sur son organisation… 

SR : Je n’ai aucun souci ! Généralement c’est le chef d’entreprise qui me contacte : il a une prise de conscience sur le fait que ses salariés œuvrent dans un espace encombré, s’éparpillent, perdent du temps et que cela a une incidence financière sur la société et peut nuire à son image. Grâce à des espaces de travail optimisés et des méthodes de classement plus efficaces, en une semaine, mon intervention est rentabilisée : les salariés vont se recentrer sur leur cœur de métier, moins se disperser, mieux distinguer ce qui est urgent et important. Et quand les choses ont une place et que les affaires sont étiquetées, il est plus facile de déléguer.

PC : Quels sont les bienfaits du rangement ? 

SR : Ils sont nombreux et immédiats ! En se libérant du superflu et de l’inutile, nous gagnons de la place et apprécions chacun de nos objets à sa juste valeur. Moins de choses à ranger et à dépoussiérer, c’est plus de temps pour nous faire plaisir et entreprendre des projets qui nous tiennent à cœur. Nous réalisons des économies majeures car nous arrêtons d’acheter ce que nous possédons déjà. Nous retrouvons de l’énergie. Notre moral est boosté parce que nous avons éliminé ce qui nous oppresse. Il ne faut pas oublier que trop d’objets nous apportent contraintes et anxiété. Nous sommes alors à leur service alors que cela doit être l’inverse ! Le phase de tri est d’arriver à garder nos essentiels pour nous simplifier le quotidien tout en gagnant du temps de qualité pour nous faire plaisir.
Mes clients en général conscientisent trop. Ils se posent trop de questions et gardent « au cas où » ou procrastinent. Tout cela est cohérent puisque “notre cerveau” n’aime pas sortir de sa zone de confort donc il va choisir la solution de facilité qui est de tout garder plutôt que de choisir.
Pour que cette étape soit efficace, je recommande à mes clients de donner ce qu’ils ne veulent pas garder plutôt que de vendre. Cela aide à aller au bout de la démarche et cela évite aussi d’avoir des choses « en attente » qui continuent de les encombrer au final…
Les bienfaits du rangement sont rapides et ont une incidence sur tout le monde, surtout au sein des familles. Les choses changent et les règles de vie dans une pièce commune deviennent plus simples et harmonieuses. Un sentiment d’apaisement est constaté car cela libère de la place chez soi et dans sa tête. Ranger allège la charge mentale.

PC : Si les effets sont aussi importants, pourquoi est-ce si difficile de passer à l’action ?

SR : Les causes du désordre sont variées, nombreuses et changeantes ! Pour beaucoup, ranger c’est inintéressant, difficile et contraignant. De plus, nous ne recevons pas toujours une éducation au tri et au rangement. Et si nous ne possédons pas la part innée, c’est encore plus compliqué. Nous savons que cela peut être long et comme notre cerveau veut des actions immédiates et satisfaisantes, il va se trouver des excuses pour ne pas se lancer. Dans ces moments-là, il est alors très créatif ! Reporter ne fait qu’accentuer l’angoisse et la mauvaise estime de soi.

Le désordre se crée aussi parce que les placards sont très souvent pleins. De ce fait des foyers d’encombrement apparaissent un peu partout, dans l’entrée, sur un plan de travail, sur une table de salon.  Le désordre qui se voit quand on entre dans une pièce attire notre regard et nous épuise. C’est très anxiogène. La seule solution est de faire un tri par le vide et de ne conserver uniquement ce que nous adorons et ce qui nous est utile aujourd’hui. Cela va nous aider à vivre le moment présent sereinement et ne plus être dans la nostalgie du passé ou dans l’anxiété du futur (avec les « au cas où »)

L’ampleur de la tâche freine également ! Les gens ont tellement attendu et repoussé le moment d’agir qu’ils se sont laissés envahir. Ils voient cela comme quelque chose d’insurmontable et ne savent pas par où commencer. Ils sont découragés d’avance et culpabilisent. Ils se sentent impuissants et le mal-être s’installe sournoisement. 

PC : Et c’est à ce moment-là que les gens font appel à toi !

SR : Exactement ! Les personnes qui me contactent sont fatiguées. Elles ne cessent de ranger mais le désordre revient systématiquement. Elles n’ont pas la bonne façon de faire, ni l’énergie et pendant longtemps ont manqué de motivation.
Lors de mes interventions, je leur transmets ma méthode, j’apporte un cadre et surtout, je les aide à aller au bout des choses ! Je les aide à comprendre qui elles sont aujourd’hui et quelles sont leurs blocages : pourquoi elles gardent un cadeau qu’elles n’aiment pas, un vêtement avec étiquette jamais porté, quelque chose de cassé… Grâce à mon approche, des déclics s’opèrent. Elles ont une réelle prise de conscience sur la quantité possédée et sur le volume que cela représente. Les gens constatent alors qu’ils possèdent beaucoup et naturellement de nouvelles habitudes se mettent en place pour éviter l’effet rebond. Mon objectif est de rendre mes clients autonomes. Le résultat visible est gratifiant. C’est pour cela que je fais toujours des photos avant/après pour aider la personne à se rendre compte du travail effectué : et en plus c’est motivant !

PC : Tu peux nous donner quelques astuces ? 

SR : Bien sûr ! Tout d’abord, c’est comme tout, il faut commencer petit et aller au bout : on commence par un tiroir, un placard, une petite pièce. 

Ensuite, je recommande de ranger par catégorie. Prenons l’exemple des bijoux : on sépare les colliers des bracelets et des boucles d’oreilles. On réalise le tri puis on utilise un support ou contenant adapté pour ranger de manière optimisée en privilégiant l’accessibilité et la visibilité

Il y a aussi la règle des 3M : Moins Mais Mieux. Il faut privilégier la qualité à la quantité ! Ranger c’est faire le tri par le vide et ensuite donner une place fonctionnelle et pertinente à chaque objet gardé. Au départ, tout peut être contrainte mais une fois que la méthode est assimilée, c’est très simple !

PC : Qui sont tes clients ?

SR : Des professionnels, des associations, des professions libérales, des artisans… et les particuliers Pour cette 2ème catégorie, on me sollicite généralement suite à un événement de vie : une naissance, un décès, un divorce, un changement d’activité, un burn-out, une maladie, un départ en maison de retraite… Mais également lors d’un déménagement : j’aide mes clients à trier pour qu’ils n’emmènent que l’essentiel. Une étape importante qui rend l’emménagement plus rapide et serein. Plus concrètement, je participe à la mise en cartons et au déballage dans le nouveau logement. Je les aide à recréer un cocon dans lequel ils se sentent bien. Il m’arrive aussi d’aider les personnes à faire leur valise !
Je rayonne sur la Bourgogne Franche-Comté, Paris, Lyon, Clermont-Ferrand… 

PC : Qu’est-ce que tu aimes dans ton métier ?

SR :  Le fait de venir en aide aux gens, de participer au désencombrement de leur lieu de vie ou de travail et de manière indirecte, de leur esprit. Je les aide à reprendre le contrôle de leur environnement ainsi que de leur temps et à avoir une relation plus saine envers leurs objets. Je les vois se transformer, devenir plus forts et gagner en autonomie. Et c’est cela qui me plait. Les retours de mes clients sont mes plus belles récompenses ! Leurs mots, au moment de la prise de contact, tout comme à l’issue de ma prestation, sont forts : ils me disent parfois “vivre l’enfer », puis après l’intervention, le vocabulaire change. Ils sont soulagés, souriants et beaucoup me disent « Je regrette d’avoir tant attendu pour vous appeler ! ».

PC : Alors justement, si on ne veut plus attendre et avoir recours à tes services, comment on fait ? 

SR : On me joint par mon site via la rubrique contact.
Je communique aussi énormément sur les réseaux sociaux : Facebook, Instagram et Linkedin. N’hésitez pas à aller voir, je donne régulièrement des conseils !

PC : On conclut cet entretien sur tes projets à venir ? 

SR : En janvier, je lance ma formation “comprendre les causes du désordre pour bien ranger et vivre mieux ». Cette formation est destinée aux personnes qui souhaitent comprendre pourquoi leur façon de ranger ne fonctionne pas et qui ont besoin d’outils et de méthode pour avancer seules, à leur rythme. Cette formation de 47 pages reprend des apports théoriques et des outils d’application. Elle est vendue sous forme PDF à 99€ ou à 149€ avec 1h de coaching en visioconférence.

Et pour celles et ceux qui voudraient se reconvertir professionnellement et devenir coach en rangement, j’ai créé mon école de formation en 2022. La formation se déroule à Besançon en présentiel et en individuel sur 2 jours ou à distance à raison de 4 fois 4h. Elle comprend une alternance d’apports théoriques, de jeux de rôle et de mise en pratique.

PC : Merci beaucoup Stéphanie pour cet entretien très instructif sur le rangement et le bien-être qui en découle.

SR : C’est moi qui te remercie. Ce fut un réel plaisir ! 

Contact

Prendre contact via le site internet ou au 06 32 65 40 68
Suivez également Stéphanie et ses précieux conseils sur Instagram Facebook Linkedin


Vous avez aimé ce portrait ? Découvrez les autres !
Pour les besoins de votre entreprise, vos plaquettes de présentation, votre site web… vous souhaitez réaliser une présentation de vous et/ou de vos collaborateurs ? Contactez-moi !
Je rédige aussi tout type de contenu print et web : rapport annuel, actualité, interview, blog, billet d’humeur…

Cet article vous a plu ? Partagez-le !
Stephanie Rabourdin

Les derniers articles
par Pétillance communication